Categories ActualitéOpinion

Russie, Fake News, Trolls,…: plus que de la communication, une menace pour la démocratie

L’influence d’acteurs russes dans les présidentielles américaines de 2016 devient de plus en plus claire. L’enquête avance et les soupçons commencent à se confirmer. Il semble y avoir eu des « interactions » entre des personnes influentes russes et des proches du président Donald Trump. Sur la question, je vous conseille l’excellent article du Monde qui fait le point sur la question : Donald Trump et la Russie, 1 an de liaisons dangereuses 

Cette « intervention » russe sur les réseaux sociaux n’est pas anodine, elle accompagne une tendance observée aux Etats-Unis par le Pew Research Center : l’importance croissante de la prise d’information des électeurs sur les réseaux sociaux (lire l’article ici).

45 % des Américains s’informent sur les réseaux sociaux

D’après les informations procurées par Pew, qui a travaillé sur un panel de 5000 Américains, les médias sociaux deviennent une des source centrale pour s’informer : 45% des Américains s’informent maintenant directement sur les réseaux sociaux.

A côté de Facebook, qui reste la plateforme dominante, d’autres plateformes sociales prennent de l’importance comme Twitter, YouTube ou Snapchat.

Les Américains ont augmenté leur consommation des médias sociaux pour s’informer mais ont également augmenté le nombre de médias sociaux qu’ils prennent comme source puisqu’environ 25% des Américains ont tendance à utiliser 2 réseaux sociaux ou plus pour s’informer.

La presse joue également un rôle important puisqu’elle semble également être aspirée par cette domination de la petite phrase, du visuel choc ou de l’anecdote qui va correspond si bien à la consommation des réseaux sociaux.

Une guerre pour obtenir l’attention des électeurs

Cette tendance donne à l’activisme sur les réseaux sociaux encore plus d’importance et donne lieu à de véritables guerre sur les réseaux sociaux pour réussir à capter l’attention des internautes.

Une stratégie largement utilisée pour être visible sur les réseaux sociaux est d’abord la création de faux articles, les fameux Fake News, et ensuite pour donner un écho à ceux-ci ou à l’actualité du candidat défendu, la création de faux comptes, des bots, qui partageront le contenu de façon frénétique. Cette activité intense permettra de faire arriver l’information choisie en bonne position et de rendre un hashtag, par exemple « #MonCandidatPréféré » en haut des résultats du moment sur Twitter. Les internautes verront alors ces infos arriver en haut de leurs suggestions personnalisées, ce qui les fera cliquer et ce qui intensifiera l’engagement sur les publications en question.

Comme l’indique ce troll russe, la Russie est particulièrement bien organisée pour faire de la propagande sur internet (lire l’article de NBC). On parle d’une véritable entreprise  professionnelle, mêlant journalistes, bloggers et trolls dont la mission est de disséminer sur la toile des messages favorables à la Russie.

Les Russes semblent également avoir été actifs durant les débats sur l’indépendance de la Catalogne (lire l’article ici).

Facebook et Twitter se rebiffent

Ce sont ces stratégies qui permettent à des informations fausses de voir leur influence augmenter et d’atteindre le plus de personnes possibles. Suite aux critiques survenues durant les présidentielles américaines de 2016, la campagne du Brexit en 2015, la présidentielle française de 2017 ou les débats catalans en 2017,… (Pour un petit tour d’horizon: Influence russe : des campagnes sur les réseaux sociaux à quasiment chaque élection), les réseaux sociaux, Facebook et Twitter en tête, réagissent. Twitter a, par exemple, sanctionné 2 organes de presse et de propagande liés au pouvoir russe  (lire l’article du monde ici) et Facebook promet plus de transparences pour les publicités, en particulier, les publicités politiques dont les auteurs devront être clairement identifiés et identifiables pour les internautes (lire l’article de Facebook ici).

Défendre l’espace publique numérique

La guerre pour l’attention sur les réseaux sociaux est un élément très important de toutes stratégies de communication politique ou publique. Il s’agit de connaître les techniques qui sont utilisées pour pouvoir trouver des stratégies de défense, de contre-attaque et ainsi faire prévaloir les messages des acteurs les plus démocratiques et légitimes.

Mais il ne s’agit pas que de communication politique, il s’agit de menaces directes pour notre démocratie. Les citoyens doivent pouvoir bénéficier d’informations vérifiées et vérifiables pour pouvoir ensuite s’exprimer. La défense des espaces publiques numériques est primordiale pour avoir des débats démocratiques et sains entre citoyens informés.

About the author

Spécialisé en communication politique et passionné par la révolution numérique, je suis conseiller en communication à la Ville de Bruxelles. Les nouvelles technologies entrainent des changements rapides dans la pratique de la communication politique et publique, avec ce blog je propose d'y réfléchir ensemble.

4 thoughts on “Russie, Fake News, Trolls,…: plus que de la communication, une menace pour la démocratie”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *